3 Former French PMs Urge Hollande To Undertake New Crusade–“A mission of protection of the Eastern Christians”

Middle East: the letter Fillon, Juppe and Raffarin in Holland

le monde

By François Fillon (former Prime Minister), Alain Juppe (former prime minister) and Jean-Pierre Raffarin (former Prime Minister)

Les trois anciens premiers ministres UMP François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé appellent la France à répondre aux urgences humanitaires en Irak et à Gaza.

The Middle East is burning and Europe look elsewhere. All the fragile balance of this region are challenged. The United States and Russia have lost much of their influence. New powers are emerging: the Iran , the Turkey . The Arab states are weakened by disorders that affect their company s. The result is a resurgence of sectarian conflict between Shiites and Sunnis with its dramatic consequences on the Christian minorities of the East. The Israeli-Palestinian conflict is in a bloody stalemate in Gaza.

Europe not only has the duty to intervene , it is his interest: we have, for five centuries, a mission of protection of the Eastern Christians we need to take . The crater opened in Syria and that of Iraq feed French-European terrorist threat that tomorrow can have dangerous consequences on the security of our country and of Europe. Finally, the area is vital to our energy security.

SOLID COMMITMENT NEEDED

For two years, the policy French foreign oscillates in the Middle East between passivity and conformism. That of Europe is unreadable. We can not we be content to be spectators incurred before the tragedy that ties our eyes: we must respond without waiting to humanitarian emergencies in Gaza and Iraq.

Indeed, there are reports of 200,000 people, mostly Christian, which should help emergency in Iraqi Kurdistan.

Initiatives of France and Great Britain in the right direction, but they are insufficient. It is a massive commitment of the European Union is necessary and this is now! The question of the reception of refugees of the conflict in our country must be resolved collectively. Our support for military action to stop the advance of jihad must be unambiguous. Finally, we must take into account new geopolitical balances and involve Turkey, Iran and the Gulf countries to resolve the crisis.

Only heads of state and government can give the diplomacy European legitimacy and strength to act . Only the commitment of Heads of State and Government can afford to engage regional dialogue without which no solution can emerge .

The summer break can not be an obstacle to a general mobilization of Europeans without which the dramas that the Christians of Iraq, Syria and the civilian population of Gaza are likely to become detonators of a serious global crisis that permanently affect our future common. The temptation to violence and war springs from the weakness of diplomacy. The return to a singular diplomacy unaligned but catchy, especially for Europe, remains to France how to fulfill its mission.

TRAGEDY IN OUR DOORS

Today, Mr. Speaker, for emergencies on the international scene, France, to make hear his voice, must have the audacity of the initiative and ask the meeting without delay an extraordinary European Council, and propose to Agenda to reaffirm the need for a cease-fire and a humanitarian program for Palestinians in Gaza, the immediate release of a massive program of aid humanitarian displaced populations in Iraq, support American strikes against Iraqi jihadists, a collective policy of supplying arms to Kurdish fighters as the only bulwark against the massacre of Christians in Iraq and meeting emergency involving a regional conference including Turkey, Iran and Qatar , which alone can still stop the Islamic State in Iraq and the Levant.

The opposition is more than ever a need for modesty. And our place probably requires a lot of action. It prohibits us many keep silent. Because, for the tragedies that unfold before our eyes if not around the corner, France itself has the duty to do hear his voice. At the risk of dishonor.

François Fillon Alain Juppé and Jean-Pierre Raffarin are co-chairs of the UMP acting.

  • François Fillon (former Prime Minister)
  • Alain Juppé (former Prime Minister)
  • Jean-Pierre Raffarin (former Prime Minister)

*  *  *  *  *  *  *  *  *  *

Proche-Orient : la lettre de Fillon, Juppé et Raffarin à Hollande

LE MONDE

Les trois anciens premiers ministres UMP François Fillon, Jean-Pierre Raffarin et Alain Juppé appellent la France à répondre aux urgences humanitaires en Irak et à Gaza.

Le Proche-Orient brûle et l’Europe regarde ailleurs. Tous les fragiles équilibres de cette région sont remis en cause. Les Etats-Unis et la Russie y ont perdu une grande partie de leur influence. De nouvelles puissances émergent : l’Iran, la Turquie. Les Etats arabes sont affaiblis par les désordres qui affectent leurs sociétés. Il en résulte une résurgence du conflit religieux entre chiites et sunnites avec ses conséquences dramatiques sur les minorités chrétiennes d’Orient. Le conflit israélo-palestinien est dans une impasse sanglante à Gaza.

L’Europe n’a pas seulement le devoir d’intervenir, c’est son intérêt : nous avons, depuis cinq siècles, une mission de protection des chrétiens d’Orient que nous devons assumer. Le cratère ouvert en Syrie et celui de l’Irak nourrissent une menace terroriste franco-européenne qui, demain, peut avoir des conséquences redoutables sur la sécurité de notre pays et de l’Europe. Enfin, la zone est capitale pour notre sécurité énergétique.

UN ENGAGEMENT MASSIF NÉCESSAIRE

Depuis deux ans, la politique étrangère française oscille au Proche-Orient entre passivité et suivisme. Celle de l’Europe y est illisible. Nous ne pouvons pas nous contenter d’être des spectateurs engagés devant le drame qui se noue sous nos yeux : nous devons répondre sans attendre aux urgences humanitaires à Gaza comme en Irak.

En effet, il est fait état de 200 000 personnes, essentiellement de confession chrétienne, qu’il convient de secourir d’urgence au Kurdistan irakien.

Les initiatives de la France et de la Grande-Bretagne vont dans le bon sens, mais elles sont insuffisantes. C’est un engagement massif de l’Union européenne qui est nécessaire et c’est maintenant ! La question de l’accueil des réfugiés de ce conflit dans nos pays doit être résolue collectivement. Notre soutien aux actions militaires pour stopper l’avance des djihadistes doit être sans ambiguïté. Enfin, nous devons tenir compte des nouveaux équilibres géopolitiques et associer la Turquie, l’Iran et les pays du Golfe à la résolution de cette crise.

Seuls les chefs d’Etat et de gouvernement peuvent donner à la diplomatie européenne la légitimité et la force nécessaires pour agir. Seul l’engagement des chefs d’Etat et de gouvernement peut permettre d’engager le dialogue régional sans lequel aucune solution ne pourra émerger.

La trêve estivale ne saurait être un obstacle à une mobilisation générale des Européens sans laquelle les drames que vivent les chrétiens d’Irak, de Syrie et les populations civiles de Gaza risquent de devenir les détonateurs d’une grave crise mondiale qui affectera durablement notre avenir commun. La tentation de la violence et de la guerre naît de la faiblesse de la diplomatie. Le retour à une diplomatie singulière, non alignée, mais entraînante, notamment pour l’Europe, reste pour la France la manière d’assumer sa mission.

TRAGÉDIE À NOS PORTES

Aujourd’hui, monsieur le Président, face aux urgences de la scène internationale, la France, pour faire entendre sa voix, doit avoir l’audace de l’initiative et demander la réunion sans délai d’un conseil européen extraordinaire, et proposer à l’ordre du jour de réaffirmer l’exigence d’un cessez-le-feu et d’un programme humanitaire pour les Palestiniens de Gaza, le déblocage immédiat d’un programme massif d’aide humanitaire aux populations déplacées en Irak, le soutien aux frappes américaines contre les djihadistes irakiens, une politique collective de fourniture d’armes aux combattants kurdes qui constituent le seul rempart contre le massacre des chrétiens d’Irak et la réunion d’urgence d’une conférence régionale associant notamment la Turquie, l’Iran et le Qatar, qui seuls peuvent encore stopper l’Etat islamique en Irak et au Levant.

L’opposition a plus que jamais un devoir de modestie. Et notre place exige sans doute beaucoup de mesure. Elle nous interdit autant de garder le silence. Parce que, face aux tragédies qui se déroulent sous nos yeux si ce n’est à nos portes, la France elle-même a le devoir de faire entendre sa voix. Au risque du déshonneur.

François Fillon, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin sont coprésidents de l’UMP par intérim.

  • François Fillon (ancien premier ministre)
  • Alain Juppé (ancien premier ministre )
  • Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)